Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 15:26

   

      1.3 Le « profil-type » d’un littéraire


      Le profil d’un littéraire se caractérise par une attirance pour les langues, ou l’art et surtout pour la lecture (j’inclus le français et l’histoire-géographie) et écriture ! Si vous aimez un de ces domaines, alors vous pouvez aller en L et serez comblé ! Et si vous êtes bon partout, prenez toujours ce qui vous plaît le plus.  En revanche si vous n’aimez ni la lecture, ni l’écriture ou êtes venu par dépit en L pour X raisons (juste parce que vous n’étiez pas du tout doué en sciences), priez pour avoir un soudain intérêt littéraire ou avoir votre bac de justesse.

Etre en L signifie s’intéresser aux questions que les hommes se posent : qu’est-ce que la liberté, le bonheur, le désir... sommes-nous libres : malgré ou grâce aux lois… pourquoi la religion… ? Ces questions sont posées et répondues dans la lecture de livres littéraires et philosophiques. Il me semble que les L s'intéressent à la relation sujet (humain) à sujet-objet (c'est à dire l'humain qui devient le centre d"intérêt, donc un objet d'un point de vue théorique), les ES du sujet à l'objet (société économique par exemple) et les S du sujet à l'objet, voire objet à objet (la matière). Evidemment, c'est une très grande généralité, hypothèse qui faudrait approfondir.

Certaines personnes croient qu’il faut être absolument bon en français pour aller en L… ce n’est pas faux mais tant que vous êtes motivés et êtes prêt à améliorer votre français, il n’y a pas de raisons que l’on vous refuse dans la filière. Après tout, il vous reste deux ans avant le bac, prenez-vous simplement en main ! On dit aussi qu’en L, il faut absolument lire un livre par mois. Ce n’est pas obligatoire mais cela correspond à un travail personnel assez soutenu selon moi puisque lire un livre signifie également qu’il faut en faire des fiches de résumé. La lecture en L n'est pas obligatoire, ni vraiment nécessaire mais il est vrai que lire beaucoup de livres, notamment philosophique, pourra vous apporter une bonne méthode d'argumentation, de la culture générale sur les auteurs (En L, vous devez savoir citer des auteurs!) mais aussi des outils de réflexions lors des devoirs de philosophie. De même pour la littérature: les livres lus peuvent vous servir comme exemple dans vos argumentations. Sinon vous pouvez vous contenter de vos cours mais lire ne peut vous apporter que du bon ! Enfin, la filière L n’est pas une classe faite pour les filles en particulier… c’est juste qu’elles sont généralement plus sensibles et axées sur les choses abstraites, d’où l’intérêt pour la littérature, langue et philosophie. (Ce qui explique pourquoi la majorité des femmes ne sait pas se diriger même avec un GPS et qu’il y a plus de professeurs de langues féminins que masculins.) Cette année, ma classe est composée avec plus ¼ de garçons : on s’entend parfaitement et personne ne se sent mal-à-l’aise. Il est toujours intéressant de confronter des points de vues similaires ou divergents.

 

Aller dans la voie littéraire vous permettra d’avoir une bonne culture de la littérature française et artistique. Vous saurez vraiment lire un livre, forger un avis fiable sur toutes vos lectures et reconnaitre des artistes et courants artistiques incontournables. Vous saurez également écrire correctement (!!) et développer votre propre style. Vous apprendrez non pas comment marche la télévision mais comment marche l’humanité. Comme dit mon professeur d'Histoire de la Musique, tout se trouve dans la lecture et le travail. Mais je ne dis pas que les S ou ES n’ont pas ces intérêts non plus mais ils sont peu !

 

 

 

Et que faire si vous vous êtes trompés de filière? Il est normalement possible de changer de filière juste en début d'année, voire même en cours d'année que ce soit pour entrer ou quitter les lettres. Informez-vous auprès de votre proviseur ou responsable de niveau et auprès des professeurs principaux des classes concernées. Bien sur, vous aurez plus de chance de changer en première qu'en Terminale: aller directement dans une autre Terminale serait y aller sans les bases enseignées en première. 

 

 

Repost 0
Published by Marieke Tievst
commenter cet article
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 10:38

  

     1.2.  La L en Terminale


     Le bac de la filière Littéraire : Philosophie (4 heures – coeff. 7), Littérature (2 heures – coeff. 4), Histoire-Géographie (4 heures – coeff. 4), Langues LVI et LVII (3 heures – coeff. 4) + Option(s) + Spécialité. (Toutes les matières scientifiques ont été passées en Première. C'est pourquoi il y a moins d'épreuves que les autres filières.)

 

     C’est à partir de cette année que les emplois du temps sont vraiment spécialisés selon les filières ! En Terminale littéraire, ce qui marque vraiment au premier coup d’œil c’est l’absence totale de matière scientifique (sauf les élèves en spécialité mathématiques), ainsi que les huit à neuf heures de philosophie par semaine. La philosophie ne mène pas à des devoirs mais à un travail de fond à faire régulièrement et qui se résume à la lecture d’auteurs philosophes, à l'apprentissage de son lexique philosophique, son bouquin scolaire de philosophie et évidemment, l’apprentissage régulier des cours. Ce qui explique les 3 heures de permanence dans l’emploi du temps des littéraires. Huit heures de philosophie peuvent paraitre décourageantes mais ceux qui aimeront la matière – ce qui est fortement conseillé si on est en terminale littéraire – ne les verront même pas passer ! L’épreuve consiste à choisir entre deux dissertations et un texte philosophique inconnu du candidat et de disserter dessus durant quatre heures.

Il est souvent dit que la philosophie au baccalauréat est une matière « aléatoire » puisque le correcteur mettra une bonne note à ceux qui soutiennent ses propres idées et, au contraire, rabaissera les autres s’ils ne suivent pas ses opinions. Ce n’est pas vrai : les professeurs de philosophie notent la pertinence de la copie, son originalité (s’il y a), mais surtout la méthodologie qui permet une bonne démonstration et argumentation raisonnée ! A quoi bon les idées s’il n’y a pas d’organisation ? C’est moins pire que de faire un hors-sujet mais il vaut mieux faire une bonne copie d’un point de vue formel au détriment de la richesse en arguments à mon sens. Après avoir corrigé leurs copies respectives, les professeurs doivent ensuite se rassembler pour revoir toutes les copies en comité. Le correcteur lit une de ses copies, justifie la note apposée puis ses collègues peuvent remettre en cause la note si besoin. Par ailleurs ils ont un nombre de points disponibles qu’ils doivent rajouter, favorisant ainsi les meilleures copies du lot ; ils essayent de rester à 8/20 de moyenne de classe… ce qui signifie que la notation est restreinte vers les 13/20.

 

 

     En plus de la philosophie, apparait une nouvelle matière qu’est la Littérature. Les terminales étudient quatre œuvres entières (ou morcelées si le livre est de lui-même fragmenté de l’intérieur) d’un point du vue thématique. Il y a l’étude des personnages, de l’intrigue, des grand thèmes généraux comme la religion, la sexualité, la mort, la détresse, etc. On demande à l’élève de lire les œuvres au programme et le travail demandé est encore un travail de fond. Le seul moyen de réussir cette matière au bac est de connaitre ses cours et de lire quelques annales de littérature ou critiques (comme les Profils, etc.). Il se peut que vous ne trouviez pas cette matière intéressante parce qu’elle ne reste que sur quatre livres, soit seulement quatre styles et quatre époques. La littérature permet d'étudier un livre dans sa globalité alors qu'en Première, les élèves ne restaient que sur des extraits. Vous avez intérêt à aimer les œuvres au programme.

A l’examen, le sujet est composé de deux sujets au choix qui sont tout deux formés par une question spécifique sur 8 points et une question générale sur 12 points. Ce qui fait que l’épreuve se passe en deux heures pour deux dissertations ! Cet examen peut sembler très difficile à première vue mais après un peu de pratique, il devient agréable de disserter dessus même dans un temps aussi limité. Elle est de coefficient 4, tout comme les langues et l’histoire-géographie. Après réflexion, il serai plus correct d’appeler ce bac littéraire « langues », « lettres » ou bien « philosophie ».

 

     Rapidement, on se rend compte que la quantité d’informations à apprendre est phénoménale mais que la réflexion est davantage demandée lors des contrôles.

Repost 0
Published by Marieke Tievst
commenter cet article
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 15:33

 

 


Essai : Pourquoi la filière littéraire, dite « L » ?




I] Présentation de la filière Littéraire

 

 

     1.1. La L en Première


     En première, on vous demande juste de choisir une spécialité (Une langue, art ou les mathématiques si vous comptez faire des études en économie !!!) et une option au choix (selon ce que votre lycée propose) en vue du bac uniquement, c'est à dire lors de l’année de terminale. Ces heures choisies en première ne servent qu’à prévoir les choix de spécialité et d’option pour le bac de manière définitive, ce sont des bases pour l’année suivante. Selon les spécialités et options, vous aurez des notes et heures de cours supplémentaires.

Ce n’est pas grave si vous changez d’option ou de spécialité entre temps mais il est préférable de les choisir dés la première pour déjà commencer à préparer son bac tranquillement.

 


     Le bac première (ou épreuves anticipées) littéraire rajoute l’enseignement scientifique et les mathématiques pour ne plus en avoir en Terminale et ce, contrairement aux autres filières.

Les épreuves : Français écrit (4 heures – coeff.3), Français oral (20 minutes – coeff. 2), Enseignement scientifique (1 heure 30 – coeff. 2), Mathématiques-informatiques (1 heure 30 - coeff. 2) et TPE, travaux personnels dirigés oraux (30 minutes – coeff. 2)


 

  • Français oral : Tout au long de l’année, l’élève de n’importe quelle filière recevra un bagage culturel à propos des courants littéraires et étudiera un nombre défini d’extraits selon sa filière. En L, cela tourne aux alentours de 20-25 textes mais j'ai déjà rencontré des camarades d'autres écoles en avoir plus de 35 dans lesquels étaient inclus des études d'images, d'art et de musique (Cela me semble exagéré mais je n'ai hélas pas trouvé de documents officiels sur le nombre et la nature des dits documents). Un de ces documents sera choisi par un examinateur et l’élève devra en parler en suivant la problématique imposée par le professeur.

 

  • « Enseignement scientifique » n’est, malgré son nom trompeur, que de la SVT et de la Physique-Chimie réunit en une seule épreuve, d’où le nom commun pour des heures pourtant bien distinctes dans l’emploi du temps. Elle demande plus de l’apprentissage par cœur et de la compréhension que de la réflexion.

 

  • De même pour les « Mathématiques – informatiques » qui ne sont que des mathématiques de niveau 3ème mais qui peuvent traiter de nouveaux sujets si on prend la matière comme spécialité (l’épreuve dure alors 2 heures au lieu d'1heure 30)

 

  • Les travaux personnels dirigés (TPE) sont des travaux en groupe sur des thèmes et sujets votés en classe selon les filières : exemple : S = Modèles et Modélisation / L = Art, littérature et Politique. Ils durent une partie de l’année puis sont remplacés par des cours d’ECJS, cours qui sont similaires à l’éducation civique.

 

La première littéraire est une continuation de la seconde, il y a exactement les mêmes matières bien que les horaires changent pour commencer à vous spécialiser dans la filière choisie (donc davantage de travail sur les langues, des chapitres en plus pour l’histoire-géographie, etc.). Pour le français, on ne se contente plus d’apprendre la grammaire, orthographe et figure de style : ce sont des bases normalement assimilées au collège. Le français en seconde introduit le français de la première. Celle-ci étudie des extraits en profondeur pour pouvoir avoir un minimum de culture littéraire et permettre le passage à l’oral de français.


 

Voici le programme obligatoire :

 Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde (XVII°s à nos jours)

 La poésie (XVI°s à nos jours)

 Le théâtre : texte et représentation (XVII°s à nos jours)

 L’argumentation : convaincre, persuader et délibérer

 Un mouvement littéraire et culturel

 L’autobiographie

 Les réécritures (De scénario à film – Film à livre – Opéra à livre – Opéra à film – etc.)

Repost 0
Published by Marieke Tievst
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 11:17

Suite à de nombreuses lectures sur les différentes filières générales, à des « m’a-t-on dit », opinions et préjugés, j’ai décidé d’écrire ce que je savais par expérience de la filière Littéraire 2008-2010. Filière littéraire qui est la continuation du baccalauréat A(1-7), bac de philosophie et qui sera peut être les « Humanités » à l’avenir comme l’a proposé Monsieur Darcos.

 

Je suis actuellement une élève de Terminale littéraire suite à un choix délibéré d’orientation vers la Première littéraire bien que j’avais le choix d’accéder en S ou ES. Je suis allée en L parce que j’aime la littérature mais surtout parce que je souhaite devenir professeur d’allemand en passant par une faculté littéraire (la Sorbonne-Paris) pour avoir un Master (Bac +5) et peut être même un Doctorat (Bac +8).

Ce texte n’a pas été écrit dans le but de rallier le plus d’élèves possible dans la filière des lettres, loin de là puisque, généralement, les personnes étant en L y sont allées de manière quasi-instinctive. Ce texte a pour but de parler de la filière L selon ma propre expérience et de briser les chaînes d’opinions penchant plutôt vers l’erreur. L’important est que tout le monde sache réellement ce qu’est la voie littéraire, notamment les élèves de secondes ainsi que leurs parents pour qu’ils puissent faire un choix ensemble en sachant vraiment de ce qu’il en est. La L est négligée dés la seconde parce qu’on lui attribue de faux jugements, mais aussi parce qu’on n’en parle pas beaucoup et ignore ce qu’elle apporte vraiment. Mine de rien, le lycée est important dans la vie de quelqu’un puisqu’il mène à des études spécialisées qui suivent le lycée où la spécialisation a déjà commencé ! Par ces filières, l’avenir de l’élève est en partie tracé.

Evidemment, les remarques déplacées et non fondées de certaines personnes sur internet ou dans la réalité (ce sont généralement les élèves de la série scientifique qui critiquent les littéraires alors que ce sont eux qui se trompent le plus dans leur orientation) à propos de la série L m’horripilent et m’ont donné une raison de plus pour écrire cet essai. Lesdites remarques sont étonnamment présentes dans presque tous les lycées et collèges et s’éparpillent, voire même s’héritent, de génération en génération pour toujours dépeindre la L comme filière inutile.

 

Je suis bien consciente que cet essai n’est pas la vrai sur tous les points, sans doute comporte-t-il quelques erreurs : je n’ai pas expérimenté toutes les filières et ne peux donc juger les autres. Je me permets tout de même de les comparer un peu entre elles en me fiant à certains de mes amis étant dans d’autres filières générales. Je comparerai donc surtout la S et la L qui sont très souvent les thèmes centraux des débats entre élèves. Par ailleurs, je ne parlerai pas des filières technologiques dont j’ignore tout et qui, elles aussi, sont la proie de nombreux affronts. Enfin, je ne suis pas dans un lycée public mais dans un lycée privée sous contrat (Sous contrat : les professeurs sont toujours rémunérés par l’Etat). Il se peut que l’organisation diffère.

Des commentaires, remarques et futures modifications sont les bienvenus.

 

 

Ouvrons un peu les yeux.

Repost 0
Published by Marieke Tievst
commenter cet article